Qu’est-ce que l’économie ?

L’économie n’est pas seulement l’étude de tableaux et graphiques compliqués, mais aussi celle des comportements humains dans l'allocation des ressources.

L’économie est un sujet dont tout le monde parle à tort ou à raison, et il est bien souvent impossible de se faire une idée sans être désorienté. Il s’agit d’une discipline très ancienne, qui fait l’objet de beaucoup de divergences.

A vrai dire, même les économistes arrivent à des conclusions opposées. Aujourd’hui, nous sommes exposés à de grandes quantités d’informations économiques, que cela soit des indices boursiers ou fluctuations de taux de change.

Ainsi nous finissons par penser que l’économie est quelque chose de très complexe, que seuls les spécialistes peuvent comprendre. En réalité, l’économie est une machine très simple. Pour l’appréhender, il est nécessaire de retourner à la base : les êtres humains ont des besoins à combler et des désirs à satisfaire.

Pour faire tout cela, ils vont transformer le monde qui les entoure. L’économie, c’est l’étude des comportements rationnels humains pour remplir leurs besoins et désirs. Nous allons dans cet article vous faire découvrir les bases sur lesquelles sont construites les grandes théories économiques.

Les concepts de base de l’économie

1. La rareté

La rareté est un concept qui fait référence aux tensions créées par l’écart entre des ressources disponibles limitées et nos besoins et désirs, qui eux sont illimités. Pour un individu, ces ressources incluent le temps, l’argent et les compétences.

Pour un pays, les ressources limitées seront les richesses naturelles, le capital, la force de travail et la technologie. Etant donné que l’ensemble des ressources sont limitées versus nos besoins et désirs, les individus et pays doivent prendre des décisions quant aux biens qu’ils vont acheter, et ceux qu’ils vont délaisser.

On appelle biens économiques ceux qui sont disponibles en quantité insuffisante pour répondre à la demande. Ils s’opposent aux biens non économiques, tels que le soleil, l’air et l’eau pour lesquels il n’y a pas de rareté.

Les biens économiques ne sont pas disponibles en quantités suffisantes pour répondre aux besoins, il faut donc les rationner. L’économie, c’est la gestion de l’allocation des ressources entre les individus en fonction de leur rareté.

De par la rareté, les individus et économies prennent des décisions pour l’allocation de leurs ressources. L’économie étudie la manière dont ces décisions sont prises, son but étant d’aider à trouver les solutions les plus efficaces.

2. La frontière des possibilités de production

Dans le domaine des sciences économiques, la limite des possibilités de production représente le point à partir duquel une économie est plus efficace dans la production de biens et services et de ce fait, alloue ses ressources de la meilleure manière possible.

La limite des possibilités de production montre ses limites afin que l’économie puisse décider quelle combinaison de biens et services doit être utilisée.

De manière concrète, la frontière des possibilités de production est une courbe qui représente l’ensemble des combinaisons de deux biens X et Y qui peut être produit par l’utilisation de l’ensemble des ressources disponibles. Dans la réalité, les économies luttent continuellement afin d’atteindre des capacités de production optimales.

3. L’effet de substitution

Les coûts d’opportunité ou de substitution, c’est ce que l’on est prêt à abandonner dans le but d’obtenir quelque chose d’autre. Cette valeur est unique pour chaque individu. Prenons l’exemple de votre déjeuner : vous êtes peut-être prêt à délaisser une crème glacée pour obtenir davantage de frites.

Pour vous, les frites ont plus de valeur que le dessert. Mais vous pouvez toujours changer d’avis dans le futur, car parfois les frites ne vous feront plus autant envie et vous choisirez la crème glacée. Le coût de renonciation des décisions d’un individu est ainsi déterminé par ses besoins, désirs et ressources.

L’effet de substitution est essentiel dans le calcul de la frontière des possibilités de production, qui détermine comment un pays décide de l’allocation de ses ressources en fonction des coûts d’opportunité.

4. La macroéconomie et la microéconomie

Ce qu’on appelle la macroéconomie, c’est l’étude de l’économie dans sa globalité : les choix de l’ensemble des individus, entreprises et gouvernements au niveau national et mondial.

Cette discipline se concentre sur les questions relatives à des indicateurs économiques spécifiques représentatifs de la santé économique, tels que le PIB, le RIB, la consommation globale, l’investissement, l’épargne, l’inflation ainsi que le taux de chômage.

Microéconomie et comportement des individus

D’un autre côté, la microéconomie est la partie de l’économie qui étudie le comportement des agents économiques au niveau individuel. Cela concerne donc les ménages et les entreprises. Elle s’intéresse à toute personne morale ou physique qui participe à une activité de production, de consommation ou d’épargne.

La microéconomie a tendance à être plus scientifique dans son approche, et analyse des aspects du comportement humain pour montrer comment les individus et sociétés répondent aux changements de prix, et pourquoi ils désirent tel ou tel bien à un prix donné.

Macroéconomie et microéconomie vont de pair

Lorsque les économistes effectuent des avancées notables, ils peuvent aider les nations et individus à prendre des décisions plus optimales en matière d’allocation des ressources. Les systèmes à travers lesquels les nations allouent leurs ressources sont distribués sur une échelle ou les deux pôles sont l’économie régulée et l’économie de marché.

L’économie de marché est partisane d’une liberté de concurrence totale, la « main invisible » qui détermine l’allocation des ressources. D’un autre côté, l’économie régulée se base sur le gouvernement afin de décider la manière optimale de répartir les ressources. Macroéconomie et microéconomie sont deux points de vue différents, deux manières de voir l’économie.