Qu’est-ce qu’un “Coupe-Circuit ”en finance

Après le krach de 1987, le Congrès américain a mis en place une protection contre la volatilité des marchés financiers, le « Coupe circuit ».

En finance, on appelle « Coupe circuit » le système informatique qui permet de stopper les négociations sur un titre spécifique ou sur un marché tout entier, au cas où la valeur de l’actif ou marché en question fluctue de façon trop importante. Le système boursier est conçu de telle manière que la chute de quelques pourcents d’un indice de référence peut entraîner un grand nombre de ventes automatiques, ce qui accentue d’autant plus la chute dans une spirale sans fin qui peut mener à un krach. Les marchés en ont fait les frais en 1987. Si le coupe circuit a été officiellement mis en place par le Congrès américain en 1988, il s’agit d’un système beaucoup plus ancien, apparu dès la première moitié du 19ème siècle au Japon dans le cadre du commerce du riz, et popularisé juste après la seconde guerre mondiale qui a entraîné une très forte volatilité sur des matières premières, telles que le coton.

Le « Coupe circuit » : un système officialisé en 1988

Le 19 octobre 1987, le Dow Jones Industrial Average a perdu 508 points, soit 22,6 % sur la journée. S’en est suivi un krach qui a débuté à Hong Kong, pour ensuite affecter tous les marchés à travers le monde. Ce krach a été en partie attribué au fonctionnement des systèmes automatiques d’achat et de vente d’actions, alors relativement récents, qui ont amplifié et accéléré le plongeon des cours. Cet évènement boursier est la cause directe de l’officialisation en 1988 du système de coupe circuit par le Congrès américain, permettant de geler les négociations sur des titres ayant trop fluctué, et ce dans le but de contenir les frénésies boursières.

Il protège les investisseurs face à une volatilité trop importante

Les coupes circuits permettent de geler la négociation d’actions après que leur prix ait enregistré un pourcentage de baisse ou de hausse donné. Cela permet ainsi aux marchés de faire une pause, et aux investisseurs de reprendre leurs esprits pour analyser la situation et réinitialiser leurs algorithmes. En 2011, la Securities and Exchange Commission (SEC) et la Commodity Futures Trading Commission ont introduit une nouvelle règle concernant les coupe-circuits, qui les autorise à suspendre les négociations si la valeur de l’actif variait de plus de 10 % en 5 minutes. Le Vice-Président du Nasdaq Eric Noll a même préconisé de bloquer les transactions pour une baisse de 5 % de l’indice boursier.

Le coupe circuit peut agir sur l’ensemble du marché

Lorsque c’est la panique sur les marchés et que les cours sont décalés à la hausse ou à la baisse par rapport à la clôture de la veille, les coupes circuits se déclenchent. À partir de ce moment-là, les investisseurs ne sont plus en mesure d’acheter au-dessus de la limite haute ou de vendre en dessous de la limite basse pour un titre donné. Depuis février 2013, les coupe-circuits peuvent affecter l’ensemble du marché d’un seul coup, et peuvent donc répondre aux variations intra journalières de l’indice S&P 500. Si l’indice chute de 7 % plus bas que le cours de clôture de la veille,  il s’agit un niveau 1. Si la chute est supérieure à 13%, on parle d’un niveau 2, et enfin si la variation est supérieure à 20 %, on parle d’un niveau 3. Si les niveaux 1 ou 2 sont observés, les négociations seront arrêtées pendant 15 minutes, à moins que cela ne se produise après 15h25, dans ce cas, les négociations peuvent continuer. Dans le cas d’un niveau 3, toutes les négociations seront gelées pour la journée qui se termine à 16h00.

Il peut également agir sur un seul titre

Les coupe-circuits peuvent également agir sur un seul titre boursier, et se déclencher en cas de trop grande volatilité. C’est le cas pour les ETF, qui tombent dans cette catégorie. Depuis octobre 2013, la SEC a inauguré un mécanisme de limite à la hausse et à la baisse afin de déterminer les seuils d’un trading acceptable. Les suspensions d’activité sont enclenchées pour 5 minutes, en cas de dépassement des limites pendant plus de 15 secondes. Le prix de référence est calculé en utilisant le prix moyen enregistré lors des 5 minutes précédentes, et la suspension ne peut excéder 10 minutes.

Les coupe-circuits ont prévenu d’un krach en 2015

Le 24 août 2015, les marchés financiers se sont emballés, et  la crise boursière chinoise a fait vivre un lundi noir à l’économie mondiale. Les négociations sur les actions américaines et les ETF ont été suspendues plus de 1200 fois ce jour-là grâce aux coupe-circuits. Des indices majeurs ETF tels que iShares Core S&P 500 ETF (IVV) n’étaient plus disponibles à causes des gels, ce qui a entraîné la chute spectaculaire de leurs indices sous-jacents. Avant l’ouverture des marchés américains, le Nasdaq a même touché sa première limite de 5 %, amenant ainsi un premier coupe-circuit. Le S&P 500 a perdu 5 % en dessous de son taux d’ouverture,  tandis que le iShares Core S&P 500 ETF a de son côté perdu 21,91 % versus son taux d’ouverture. D’après le Crédit Suisse, ce jour-là 42 %  du volume d’échange s’est fait sur les ETF.