Les clés de l’analyse fondamentale macroéconomique

Une étude de marché approfondie permet de mieux procéder au Trading des devises

L’analyse fondamentale est l’étude de l’impact de la macroéconomie sur les marchés  financiers et ceux du Forex en particulier. L’objectif principal de l’analyse fondamentale est d’établir des prévisions financières, telles que la hausse d’une monnaie par rapport à une autre à l’aide de l’étude des indices macroéconomiques sensibles d’influencer les  perspectives telles que les forces sous-jacentes qui font fluctuer les marchés. Elle est  généralement utilisée par les investisseurs à long terme, mais peut aussi être utile aux traders éclairés. En combinant l’analyse fondamentale à l’analyse technique, vous serez capables de dresser un portrait fidèle des marchés et de profiter des opportunités qui s’y rapportent.

Lorsque vous utilisez l’analyse fondamentale, il est important de définir quels sont les  objectifs. Compte-tenu de l’immensité et de la complexité du champ de recherche,  il arrive très souvent qu’on se perde en route. L’étape primordiale dans l’analyse  fondamentale est  donc de se concentrer sur une seule paire de devises à la fois afin de préparer le terrain  pour l’établissement d’un plan de trading. Par exemple, les devises de pays traversant des évènements susceptibles d’influencer leur situation géo-économique sont à suivre de près. Ce genre d’événements fait presque toujours la une de la presse financière. Essayez d’évaluer l’impact de telle ou telle décision monétaire prise par la Banque Centrale, responsable de la gestion monétaire sur la tendance d’une paire de devises.

Influence de l’analyse fondamentale macroéconomique sur les marchés

Les principaux facteurs responsables de l’évolution des marchés des changes sont de nature macroéconomie à grande échelle. Les exemples incluent les taux d’intérêt, du chômage, de l’inflation ou du PIB pour n’en nommer que quelques-uns. Dans les marchés  des changes, l’analyse fondamentale consiste à déterminer la situation d’une certaine économie et les effets collatéraux de la chute ou de la hausse face à une autre. Ainsi, l’analyse fondamentale de la paire AUD/NZD par exemple, signifie l’étude des concordances macroéconomiques entre l’Australie et la Nouvelle-Zélande.

Analyse fondamentale macroéconomique : indicateurs les plus importants

Voici une liste des principaux indicateurs économiques à suivre de près dans le cadre d’une analyse approfondie des aléas du cours de deux valeurs sur le marché des changes ou le Forex Trading.

  • PIB : Le Produit Intérieur Brut fait l’objet d’une parution mensuelle ou  trimestrielle  et affiche le taux de croissance au cours d’une période spécifiée.  Le PIB est une  mesure de la valeur de tous les biens et les services produits dans un pays.  Le rapport de PIB est un des indicateurs principaux capables d’attester de la solidité  d’une économie. De ce fait, une hausse du PIB signale une activité économique plus élevée et peut avoir une influence sur la politique monétaire de la Banque Centrale.  Dans les périodes de déclaration trimestrielles, les tendances saisonnières
    influencent souvent le taux de croissance. Par exemple, aux États-Unis, le premier  PIB trimestriel est habituellement le plus faible. La croissance reprend de manière relative au deuxième trimestre, tandis que le troisième trimestre est généralement  le plus positif. Les rapports du PIB peuvent être utilisés pour avoir une idée sur le bon fonctionnement des moteurs économiques d’un état. Selon la nature des résultats, on peut assister à une relance de l’emploi et à l’augmentation de la masse salariale, qui peut à son tour influer sur les dépenses de consommation et donc sur l’inflation et ainsi de suite.

 

  • L’inflation : aussi connu comme l’Indice des Prix à la Consommation (Consumer Price Index). Il est publié sur une base mensuelle  et trimestrielle.  Le taux d’inflation suit la hausse ou la baisse de la valeur d’un panier de biens et de services qui sont fréquemment utilisés. Au sein de cette liste on retrouve des denrées alimentaires, des vêtements, le coût des transports, le prix du carburant etc. Une inflation plus élevée est le signe d’une économie saine, mais en même temps,  elle peut inciter les dirigeants des Banques Centrales à augmenter les taux d’intérêt  afin de contenir l’inflation. Il y a divers facteurs qui influencent l’inflation, y compris  l’appréciation ou la dépréciation de la monnaie ou bien les prix du pétrole qui  influent sur le prix des marchandises importées. La plupart des Banques  Centrales  suive un mandat de direction d’une économie basée sur l’objectif d’inflation.  Une cible d’inflation de 2 % est couramment fixée et les tarifs sont modifiés en conséquence, dans le but d’atteindre le mandat de stabilité des prix. Par conséquent, une inflation plus élevée est souvent considérée comme précurseur  de hausses de taux, alors que la baisse de l’inflation déclenche généralement une baisse de taux.

 

  • Les rapports sur le travail et l’emploi : le rapport sur le marché du travail est  publié une fois par mois et est basé sur une enquête auprès des ménages et des  entreprises. Il met en lumière l’état général du marché de l’emploi, plus précisément celui de la population active, les hausses de taux du chômage et des indemnités versées. La variation des salaires observée au sein du marché du travail est un  indicateur important qui influe sur le taux d’inflation par la suite, que ce soit à la hausse comme à la baisse.

 

  • Les taux d’intérêt : toutes les banques centrales ont pour charge de parvenir à un  objectif d’inflation et dans certains cas extrêmes, d’apporter de l’aide aux économies  et leur permettre d’atteindre le plein emploi. Se référant à ces objectifs, les Banques  Centrales prennent en considération les résultats enregistrés par les principaux  indicateurs économiques afin de décider d’une augmentation, d’un recul ou d’un maintien des taux d’intérêt. Les membres des Banques Centrales se réunissent  presque chaque mois afin de délibérer des données économiques. Au terme de ces réunions très médiatisées, ils débattent de leur point de vue et le cas échéant, annoncent un changement des taux d’intérêt.

 

  • L’indice des directeurs d’achats (ou indice PMI) : le taux de cet indice est fixé en fonction des résultats d’une enquête mensuelle menée auprès d’entreprises spécialisées dans le domaine de la construction, de la fabrication et des services.  Le PMI est un index où un nombre supérieur à 50 marque une expansion tandis qu’un chiffre inférieur à 50 marque une contraction.  Les enquêtes PMI sont  considérées comme des signes annonciateurs portant sur les perspectives générales d’une entreprise et du climat économique global. Les rapports PMI les plus considérés sont ceux de l’Institut of Supply Management (ISM) des États-Unis et le Markit PMI pour la zone euro et le Royaume-Uni.

 

  • Le commerce de détail : les données concernant le rapport de ventes aux particuliers tiennent une place considérable dans le calcul du PIB et rendent compte des dépenses de consommation générale. Dans une économie en expansion, les consommateurs ont tendance à dépenser plus et à afficher une plus grande demande pour les biens, ce qui augmente le PIB, qui influence à son tour, le marché du travail et l’inflation.

 

  • La production industrielle : ce rapport évalue le rendement du secteur industriel et manufacturier. La croissance ou le déclin de la production industrielle aura une  incidence sur le PIB de l’économie et  une incidence sur les emplois et les  perspectives d’inflation.

 

Pourquoi prêter tant d’attention aux Banques Centrales ?

Mis à part tous les indices fondamentaux énumérés ci-dessus, les Banques Centrales  forment une catégorie spéciale. Dans le passé, leur rôle était limité à l’annonce des changements de politiques monétaires nationales. Au cours de ces dernières décennies, les Banques Centrales ont pris une approche plus proactive afin de consolider leur influence sur l’économie domestique et internationale. Cela a conduit à un accroissement considérable de l’impact des déclarations faites par les responsables sur les marchés.  Dorénavant, les calendriers économiques sont pleins de discours prononcés par les  banquiers centraux et les marchés réagissent vivement  à ces commentaires.

L’exemple ci-dessous met en valeur l’influence dramatique du discours d’un grand  banquier sur les marchés, en particulier lorsque ce genre d’interventions est effectué peu de temps avant l’annonce officielle d’une décision prise par la Banque Centrale. Pour en apprendre plus sur ce sujet, veuillez consulter l’article suivant.

 

Réaction de la paire EUR/USD au discours du Président de la BCE

Réaction de la paire EUR/USD au discours du Président de la BCE

 

Analyse fondamentale  macroéconomique : combiner tous les éléments

En plus de l’analyse fondamentale macroéconomique qui doit être effectuée par chaque investisseur ou trader, il n’est pas moins important d’étudier les forces et les faiblesses de l’économie du pays dont la devise est visée. Le but est de révéler les tendances sous-jacentes et de les comparer à d’autres économies. Par exemple, PIB à la hausse + salaires  et marché du travail à la hausse + inflation croissante = hausse de taux d’intérêt  imminente pour refroidir une économie. De même, chute du PIB +hausse du chômage + baisse de l’inflation = abaissement des taux d’intérêt par la Banque centrale afin de stimuler l’économie, ainsi que des mesures d’assouplissement monétaire (EI) supplémentaires. En comparant ces données à une autre économie,  vous obtiendrez une  vue d’ensemble des principes fondamentaux qui animent la paire de devises en cause.  Cette information peut ensuite être associée à l’analyse technique. Fort de cette étude de marché approfondie, vous pourrez procéder au trading des devises avec nettement plus de certitude.