Le marché du crédit, qu’est-ce que c’est ?

Plus gros marché financier au monde, le marché du crédit permet aux États et entreprises de se financer en émettant des obligations et bons du trésor.

En volume de transactions, le marché du crédit est le plus gros marché financier au monde, loin devant le marché des changes.

Il s’agit du marché sur lequel les emprunteurs de capital et prêteurs se rencontrent, ces derniers étant le plus souvent représentés par des états ou des sociétés.

Il englobe le marché du crédit bancaire ainsi que les titres de créances négociables, les obligations, mais aussi les dettes d’états et prêts aux particuliers.

Marché du crédit : définition

Le marché du crédit est l’ensemble des marchés de la dette mettant en contact emprunteurs (ceux qui ont besoin de capital) et prêteurs (particuliers, banques ou institutions financières).

Cela englobe donc le crédit bancaire, les titres de créance, les obligations et les dettes d’état. Il s’agit d’un marché très vaste qui connaît de nombreuses opérations différentes de par leur nature et leur taille.

Le marché du crédit représente le premier marché financier au monde, devant le marché des changes et celui des actions.

Un bon indicateur de la santé des marchés

Le marché du crédit éclipse le marché des actions en termes de volume. Ainsi, l’état actuel du marché du crédit est considéré comme un très bon indicateur de la santé de l’ensemble des marchés.

Pour les analystes, le marché du crédit n’est rien de moins qu’un canari dans la mine : il montre souvent des signes de faiblesse bien avant les autres marchés financiers, et reste donc à surveiller étroitement.

Comment fonctionne le marché du crédit

Lorsque les entreprises et gouvernements ont besoin de fonds, ils émettent des obligations. Les investisseurs qui achètent les obligations leur prêtent de l’argent.

En retour, les émetteurs paient des intérêts à ces investisseurs, et lorsque les obligations arrivent à échéance, les investisseurs les revendent aux émetteurs à hauteur de leur valeur nominale.

Les autres facettes du marché du crédit sont bien plus complexes et sont constituées de dette à la consommation, dette des cartes de crédit et de prêts en tous genres, regroupés ensemble et vendus comme un investissement.

De manière plus simple, lorsque la banque reçoit un paiement sur la dette, les investisseurs gagnent des intérêts sur ses titres. Mais si un nombre trop important d’emprunteurs font un défaut de crédit, alors l’investisseur perd sa mise.

La santé du marché du crédit

Les taux d’intérêt en vigueur et la demande des investisseurs sont de très bons indicateurs de la santé du marché du crédit. Les analystes observent aussi l’écart entre les taux d’intérêt des bons du trésor et ceux des obligations de sociétés, incluant les obligations de première qualité et les actions de pacotille.

Les bons du trésor présentent le risque de défaut le plus faible et offrent donc les taux d’intérêt les plus faibles, tandis que les obligations de société ont un risque de défaut supérieur et des taux d’intérêt plus élevés.

Si l’écart entre les taux d’intérêt de ces deux types d’investissement, les analystes s’inquiètent d’une récession.

Marché du crédit et marché des actions

Alors que le marché du crédit donne aux investisseurs la chance d’investir dans la dette des consommateurs et des entreprises, le marché des actions leur donne la possibilité d’investir dans le capital d’une société.

Si un investisseur achète une l’obligation d’une société, il prête de l’argent à cette société tout en investissant de l’argent sur le marché du crédit. S’il achète une action, il investit dans le capital d’une société et achète une part de ses profits.

Mais dans ce cas il subira aussi les conséquences de mauvaises performances de cette société.