Comment fonctionnent les fonds d’investissement

Les fonds d’investissement sont des supports complexes, voici des informations pour déchiffrer leurs stratégies et effectuer des placements lucratifs.

Vous vous êtes sûrement déjà demandé comment les fonds d’investissement fonctionnent, et comment ils arrivent parfois à générer de très importants revenus pour leurs investisseurs. Vous n’êtes pas le seul.

Pendant des années, les fonds d’investissement ont entretenu un certain mystère sur la façon dont ils opèrent pendant que les organismes publics et investisseurs ont désespérément tenté de deviner les méthodes qui se cachent derrière leur apparente décadence.

Bien qu’il soit impossible de comprendre la stratégie de chaque fonds sur le marché, il existe des constantes quant au style d’investissement et aux méthodes d’analyse. Nous vous donnons ici des informations utiles et essentielles à un investissement lucratif.

 

Les liquidités règnent en maître

Les fonds d’investissement possèdent tous des structures et tailles différentes. Certains se concentrent activement sur certaines situations comme les rachats ou émissions d’actions, tandis que d’autres s’intéressent à des situations plus spécifiques.

Des fonds préfèrent être neutres face aux marchés et tirer profit de n’importe quel environnement ou employer des stratégies d’investissement courtes ou longues. Beaucoup d’investisseurs surveillent de près des métriques telles que le revenu par action, de nombreux fonds sont rivés sur une autre métrique : les liquidités.

Les liquidités d’une société sont essentielles car il est impossible de les manipuler sur les comptes de résultat, et il s’agit donc de l’information la plus fiable que vous puissiez obtenir au sujet d’une société.

Opérations via de multiples courtiers et arbitrages

Lorsqu’une personne lambda achète ou vend une action, elle a tendance à le faire grâce à son courtier favori. La transaction est généralement simple et directe, et il en est autrement pour les fonds d’investissement.

Ces derniers utilisent de multiples courtiers et choisissent celui qui offre la meilleure commission, la meilleure exécution ainsi que d’autres services. Les fonds peuvent aussi acheter un actif et le revendre aussitôt afin d’effectuer un gain, même modeste. Il s’agit de la forme la plus simple d’arbitrage.

En raison de leur taille, de nombreux fonds bataillent afin de grapiller quelques pourcentages de revenus supplémentaires chaque année, en capitalisant sur des évolutions de prix à très court terme. Parfois, les fonds d’investissement recherchent des appréciations de prix erronées sur le marché afin d’en tirer profit.

Utilisation de l’effet de levier et des produits dérivés

De manière générale, les fonds d’investissement utilisent l’effet de levier afin de gonfler leurs revenus. Ils peuvent acheter des titres sur marge de manière infinie grâce aux emprunts qu’ils contractent.

L’idée est toujours de prendre avantage d’une opportunité. Si l’investissement peut générer un revenu suffisamment assez important pour couvrir les taux d’intérêts et commissions, il est alors considéré comme une stratégie efficace. L’inconvénient étant que lorsque le marché se retourne contre le fonds et met ses positions en danger, les résultats peuvent être dévastateurs. Dans ces conditions, le fonds doit absorber les pertes en plus du coût de l’emprunt.

Des sources d’informations fiables et exclusives

De nombreux fonds mutuels se fient à des informations obtenues auprès de sociétés de courtage ou de directions de grandes entreprises. Cependant, leur inconvénient est de maintenir de nombreuses positions sur le marché (parfois des centaines), et il leur est donc impossible d’avoir une connaissance approfondie d’une société en particulier.

Les fonds d’investissement, en particulier ceux qui détiennent des portefeuilles très concentrés, possèdent souvent les capacités et le désir de développer leurs connaissances sur une société en particulier.

De plus, elles exploitent des sources d’information indépendantes et cultivent leurs relations avec les directions d’entreprises. Les fonds ne sont pas redevables des sociétés où ils investissent, et parce que les salaires de leurs dirigeants sont basés sur leur performance, leurs décisions d’investissement seront uniquement motivés par l’appât du gain pour leurs investisseurs.